Deux et deux font cinq, double pensée aux éditions Agone

Suite à la publication du texte « Stratégies patronales aux éditions Agone » dans la revue Alternative libertaire, le directeur éditorial des éditions en question, accompagné d’un certain nombre de coauteur-e-s, nous a fourni une réponse que nous nous proposons d’analyser, car à la première lecture de leur texte intitulé « Agone, firme capitaliste ou collectif éditorial et militant en crise ? » 1, nous n’étions pas certaines d’avoir saisi le fond de leur message.

Ne nous attardons pas sur le début du texte qui est une ouverture classique et débutons notre analyse par la dernière phrase du troisième paragraphe :

« Mais cette situation mérite d’être analysée comme crise politique d’un projet éditorial engagé, sur fond de bouleversement des mondes du livre ».

Que nous dit cette phrase ? Qu’il y a plusieurs mondes du livre, lesquels sont en bouleversement. Nous pouvons entendre qu’il y a plusieurs mondes du livre, mais déterminer lesquels est un large débat dans lequel les auteur-e-s de ce texte ne semblent pas vouloir s’engager. L’utilisation du terme « crise politique » signifie qu’il y a probablement entre les différents protagonistes désaccords et enjeux de pouvoir, dont nous ne connaissons pas pour le moment les tenants et les aboutissants. Nous voilà pour l’instant dans le flou le plus complet, attendons de voir ce que nous réserve la suite.

Dans le paragraphe suivant, il est question de « salariés insatisfaits » et de « désaccords ». Nous noterons que l’insatisfaction des salarié-e-s, desquel-le-s se démarque dans le texte le directeur éditorial, n’est pas explicitée, ni les désaccords. Ces désaccords auraient-ils un rapport avec le « bouleversement des mondes du livre » dont il était question plus tôt ? Attendons la suite pour le savoir. On nous dit ensuite que le directeur éditorial, pour parer aux insatisfactions des salarié-e-s, a proposé « une réduction des tâches logistiques et une refonte du site Internet ». Nous pourrions donc supposer que les salarié-e-s se plaignaient de ce que les tâches logistiques étaient trop lourdes et que le site Internet fonctionnait mal. Mais que signifie au juste l’expression « tâches logistiques » ? Telles que nous pouvons imaginer les éditions Agone, dont nous savons qu’elles occupent aujourd’hui une place importante dans la production française de livres « engagés » et qu’elles diffusent leurs livres via les Belles Lettres, nous pourrions supposer qu’il s’agit, entre autres choses, de la participation à de petits salons et de l’envoi de livres commandés sur le site Internet. Le texte ne nous fournissant aucune information, nous sommes cependant vouées à demeurer dans le vague pour le moment. Ces tâches seraient-elles inégalement réparties entre le directeur éditorial d’une part et les salarié-e-s d’autre part ? Poursuivons donc notre lecture pour en savoir plus.

La phrase suivante présente un certain intérêt, mais pour des raisons autres que celles que nous aurions pu imaginer : « Ce projet est validé à la majorité – puis soutenu par le bureau de l’association, dont une augmentation des salaires de 20 % ». Le mot « dont » a principalement deux sens en français. Il a ici manifestement la fonction décrite comme suit par le Trésor de la langue française « I. En constr. de compl. d’un subst. ou d’un adj. avec lequel il forme un syntagme nominal […] B. Dont marque le rapport partitif ; il complète une loc. partitive, nom de nombre ou indéf. Numéral » 2. Quel rapport partitif « dont » marque-t-il ici ? Si nous suivions la phrase telle qu’elle se déroule devant nos yeux, nous serions forcées de comprendre que l’augmentation de salaires de 20 % est partie prenante du bureau de l’association. Nous voilà donc bien aises d’apprendre que dans le bureau de l’association Agone figure une augmentation de 20 % de salaire, entité qui, si elle avait réellement pu siéger au bureau, n’aurait eu de cesse de nous rappeler que même si nous aspirons à l’abolition du salariat, il nous faut aussi lutter contre la précarité. Nous voilà donc ici face à une phrase incorrecte, et il ne nous reste plus qu’à espérer que les auteur-e-s de ce texte ont simplement (et vite) pensé que le français est une langue suffisamment malléable pour pouvoir ainsi séparer un « dont » partitif de son antécédent. Et que serait, d’ailleurs, cet antécédent ? Pourrait-il s’agir de « majorité », substantif le plus proche après « augmentation » ? Voyons voir ce que cela donnerait : « Ce projet a été validé à la majorité, dont une augmentation des salaires de 20 % – puis soutenu par le bureau de l’association ». Nous marchons sur la tête. Ah, nous y voilà, il doit s’agir de « projet ». Encore une fois, voyons voir ce que cela donnerait : « Ce projet, dont une augmentation des salaires de 20 %, a été validé à la majorité – puis soutenu par le bureau de l’association ». Ouf, ça y est, nous avons compris le propos des auteur-e-s. Il aurait cependant été plus correct d’écrire : ce projet, ainsi qu’une augmentation des salaires de 20 %, a été validé à la majorité, puis soutenu par le bureau de l’association. Cette négligence dans l’utilisation du français, pour le moins surprenante chez une maison d’édition au catalogue si impressionnant, et plutôt étonnante à considérer la longue liste des auteur-e-s de ce texte, serait-elle à l’origine des fameux désaccords dont il était question auparavant ? Nous nous félicitons toutefois de trouver dans la phrase suivante une utilisation correcte du « dont » partitif : « Une semaine plus tard, trois autres salarié-e-s, dont Gilles et Raphaël, annoncent leur départ ». Rien n’est perdu.

Mais poursuivons cette lecture pleine de rebondissements : « De l’assemblée générale de septembre 2012, aucune solution unitaire aux désaccords n’avait pu émerger ». Vraiment ? Nous venons de voir qu’un projet avait été validé à la majorité, ainsi qu’une augmentation des salaires de 20 %. Si ce projet, qui proposait la « réduction des tâches logistiques et la refonte du site Internet », n’a en aucune manière résolu les « désaccords », il nous faut donc supposer que les désaccords ne portaient ni sur les tâches logistiques ni sur le site Internet. Il semble cependant que la suite consente enfin à nommer les problèmes :

« Les divergences portaient sur l’organisation collective du travail et la réponse à des enjeux contemporains ou anciens de l’édition : […] ».

Voilà enfin quelque chose de concret. Des désaccords sur l’organisation collective du travail, voilà le problème auquel le directeur éditorial a voulu remédier en proposant non seulement de céder son poste à une « direction collégiale » (comme on nous le dit plus haut), mais aussi de réduire les « tâches logistiques ». Cela, nous le comprenons. On nous dit ensuite que ces divergences portaient également sur « la réponse à des enjeux contemporains ou anciens de l’édition ». Une réponse a donc été apportée par quelqu’un. Par qui ? Le texte ne nous le dit pas. Les fameux enjeux nous sont présentés dans une suite de questions :

« Quels usages réserver aux formats numériques du livre ? Jusqu’à quel point développer la vente en ligne ? Comment faire cohabiter ces pratiques avec la librairie ? ».

Nous commençons ici à comprendre, bien qu’un peu perdues, qu’il doit s’agir d’un conflit entre défenseurs du livre papier et partisans du développement du livre électronique. Nous ne voyons pas en quoi il pourrait s’agir d’un enjeu « ancien » de l’édition, mais il nous faut bien prendre les choses comme elles viennent. Au-delà du constat que, jusqu’ici, le texte ne nous dit pas qui prône quoi dans cette querelle des Anciens et des Modernes, ni quelles peuvent bien être les réponses que les auteur-e-s apportent aux questions rhétoriques qu’ils et elles nous posent, nous pouvons supputer que ceci a probablement un lien avec les différents « mondes du livre » dont il était question auparavant. Lisons donc plutôt la suite.

« Ces divergences portaient aussi sur les relations avec le monde intellectuel ou académique. Car Agone n’est pas un producteur de biens seulement matériels. Sa matière première reste des textes, qui ont, hélas, des origines sociales souvent prévisibles : petite et grande bourgeoisies intellectuelles, milieux militants, sphère académique, plus rarement mondes ouvriers. Ce constat doit être tiré jusqu’au bout : le métier d’éditeur suppose une connexion avec ces groupes sociaux pour accéder à la matière première dont sont faits les livres. »

Que nous dit donc ce paragraphe ? Que le directeur éditorial des éditions Agone constate que dans notre monde divisé en classes dominantes et dominées, les classes dominantes fournissent la matière première des textes à éditer (nous noterons que cela semble en effet être le cas aux éditions Agone depuis la fin de la collection Marginales, et que tout effort de publier et de promouvoir la littérature prolétarienne paraît avoir définitivement disparu), et qu’il ne semble pas (ou plus, maintenant qu’Howard Zinn, ancien docker, est définitivement enterré ?) enclin à vouloir dépasser cette malheureuse constatation. Nous comprenons donc maintenant que les salarié-e-s ayant quitté la maison d’édition souhaitaient probablement remédier à ce constat, probablement à la fois en faisant l’effort de publier des textes issus de différentes classes sociales et en combattant en interne la division classiste du travail. Voilà donc enfin un paragraphe qui nous donne une idée claire des « divergences » à l’origine du départ des salarié-e-s. Quant à la phrase « Car Agone n’est pas un producteur de biens seulement matériels », elle apparaît comme une curieuse justification de ce que les éditions Agone ne publient plus que des textes issus du monde intellectuel ou académique. En poussant jusqu’au bout la logique de cette phrase, on observe qu’elle nous dit que si l’on ne passe pas par les milieux intellectuels et académiques (et donc parisiens, comme les auteur-e-s nous le disent plus bas), on ne produit que des biens matériels, et que l’on n’accumule donc pas de capital symbolique. Nous avons donc ici levé l’énigme d’un nouveau désaccord : la volonté d’accumulation de capital symbolique (et donc marchand, pourrions-nous dire) a déplu au reste des salarié-e-s. Afin de mieux comprendre les conséquences pratiques de la volonté d’accumulation de capital symbolique sur les textes mêmes, nous pouvons nous contenter de noter, en référence à la petite analyse grammaticale que nous venons de faire plus haut, que le fait que la matière première (ici le texte qui nous concerne) provienne de la « petite et grande bourgeoisies intellectuelles, [des] milieux militants, [de la] sphère académique » ne semble pas représenter un gage de qualité. C’était du moins semble-t-il l’avis de Noam Chomsky dans une interview donnée au journal Le Point lors de son dernier passage à Paris : « Q : Comment jugez-vous la vie intellectuelle française ? R : Elle a quelque chose d’étrange. Au Collège de France, j’ai participé à un colloque savant sur “rationalité, vérité et démocratie”. Discuter ces concepts me semble parfaitement incongru 3. Voyons plutôt la suite :

« Pour satisfaire l’idéal d’un collectif éditorial engagé, ce travail de collecte (de direction de collection), mais aussi sur les textes mêmes (préface, traduction, appareil de notes, annexes, etc.), doit être autant que possible partagé entre tous les employés d’une maison d’édition ».

Après avoir constaté que, malheureusement, la « matière première des livres » provenait des milieux dominants, suite à quoi nous avons pu comprendre l’origine du conflit sur les textes à éditer, le directeur éditorial déploie maintenant devant nos yeux, pour ce qui est de la répartition collective du travail, un idéal enchanteur auquel nous ne pouvons que souscrire, mais nous voilà un peu perdues : les salarié-e-s, qui manifestement se plaignaient de trop de « tâches logistiques », ne souscriraient-ils et elles donc pas à cet idéal ? Ou alors, tout le monde y souscrivait et cela a tout de même engendré des conflits ? Mais quels conflits ? Voilà tout ce que nous pensions avoir compris réduit à néant. Voyons voir si la suite nous sortira de cette impasse :

« Ignorant ces questions, la plupart des maisons ont adopté une organisation hiérarchique des tâches qui reproduit les coupures intellectuel/manuel, « grand penseur »/« petites mains ». Cette situation produit une division entre ceux qui « trouvent les livres » (gravitant dans les milieux intellectuels, notamment parisiens) et « ceux qui les font devenir objets » ; entre ceux qui travaillent sur les textes et « agencent les livres entre eux » pour former une ligne éditoriale et ceux qui les mettent en forme et en circulation. Ce qui n’est pas gênant pour Fayard ou Flammarion pose en revanche un vrai problème à une maison d’édition où la manière de faire des livres est aussi importante que leur contenu ».

Ce paragraphe nous apprend que, contrairement aux grandes maisons d’édition parisiennes qui ont un fonctionnement hiérarchique classique et qui ne réfléchissent pas à la manière de faire des livres, pour les éditions Agone, « la manière de faire des livres est aussi importante que leur contenu ». Ce paragraphe nous incite donc, lecteurs et lectrices, à penser que le directeur éditorial visait à dépasser la coupure « intellectuel/manuel » et « grand penseur/petites mains », d’une part en s’effaçant derrière une « direction collégiale », intention fort louable, d’autre part en réduisant les « tâches logistiques » et en refondant le site Internet. Mise en relation avec le problème de la fracture « grand penseur/petites mains », la question de la réduction des tâches logistiques nous pose ici un problème. Enfin, comment réduire les tâches logistiques et faire de tous et toutes des grands penseurs ? Ne cherchons pas très loin. En externalisant probablement les fameuses tâches logistiques à d’autres petites mains bien cachées qu’on ne saurait voir, afin de demeurer entre grands penseurs. Voilà donc révélée une nouvelle divergence entre le directeur éditorial et les ancien-ne-s salarié-e-s : ceux et celles-ci ne voulaient probablement pas devenir des grands penseurs dans une tour d’ivoire (ou direction collégiale) qui externalisent les basses tâches à des petites mains, mais bien que tout le monde mette les mains dans le cambouis.

Passons à la suite : « Chez Agone, l’organisation collective du travail repose sur un principe d’égalité de salaire ». Voilà qui est très intéressant, car jusqu’à présent il n’avait été question que d’une augmentation des salaires de 20 %. Cependant, nous ne voyons pas en quoi cette information a un quelconque rapport avec le début (ou la suite) de l’argumentaire. Serait-ce juste une manière de montrer patte blanche, et de nous séduire avec un nouvel idéal enchanteur ? Voyons donc si la suite réconcilie l’âne et le coq : « De plus, une large part du travail de collecte et de travail sur les textes est répartie entre les salarié-e-s assurant les différents métiers que rassemble une maison d’édition ».

Si nous lisons bien cette phrase, nous comprenons que les salarié-e-s ont été engagé-e-s sur la base d’un « métier » et qu’entre eux et elles ont été répartis le choix et le travail sur les textes. Nous pouvons donc supposer que les salarié-e-s étaient aussi, en quelque sorte, des directeurs et directrices éditorial-e-s. Nous voilà heureuses de l’entendre, mais à ce moment-là, cette phrase ne veut-elle pas dire que la direction collégiale existait déjà ?

« Mais cela ne suffit pas. » Décidément, les auteur-e-s ont décidé de jouer avec nos nerfs. Ce magnifique tableau qui se déroulait devant nos yeux ébahis ne suffit donc pas ? Voyons voir : « Il a été et reste très difficile d’y instaurer une division du travail totalement égalitaire. C’est là un des points de la crise que nous avons traversée ». Récapitulons. Le directeur éditorial constate que, malheureusement, les textes qu’il édite lui sont fournis par la classe dominante, première divergence. Les textes de basse extraction ne lui permettent pas d’accumuler suffisamment de capital symbolique (et donc financier), deuxième divergence. Il souhaite externaliser les tâches logistiques et finit par se heurter à un refus des salarié-e-s, troisième divergence. Et quatrième divergence, après nous avoir déclaré que « une large part du travail de collecte et de travail sur les textes est répartie entre les salarié-e-s », il nous apprend ceci : « Peut-on se contenter, à long terme, d’un directeur éditorial qui assure l’essentiel des relations entre la maison d’édition et ses interlocuteurs extérieurs (auteurs, traducteurs, confrères, libraires, diffuseur-distributeur, administrations) ? ». Comme nous n’avons pas les yeux bien en face des trous, il est probablement nécessaire de re-récapituler : nous serions face à des salarié-e-s qui gèrent le site Internet, choisissent et éditent des textes, accomplissent trop de tâches logistiques pour une égale répartition des tâches et ne sont pas en contact avec les auteurs, les traducteurs, les confrères, les libraires, le diffuseur-distributeur et les administrations ? Voilà que maintenant, après nous avoir décrit un idéal d’organisation collective, le directeur éditorial nous explique qu’il est seul en contact avec tout le monde, même les administrations. Que veut-il nous dire ? Que sa surcharge de travail a empêché l’instauration d’une répartition des tâches plus égalitaire, engendrant des conflits avec les salariés ? Nous voilà face à deux interprétations possibles : soit notre directeur éditorial est tombé dans la mégalomanie la plus grossière, soit les ancien-ne-s salarié-e-s d’Agone sont de vulgaires tire-au-flanc. Choisis ton camp, camarade ! Et les auteur-e-s de nous dire ensuite : « Comment gérer l’asymétrie d’informations, de visibilité sociale et les effets de personnalisation que ceci produit inévitablement au sein d’un collectif ? ». Nous noterons que la réponse à cette question est contenue dans l’ensemble du texte, et nous nous abstiendrons donc de tout autre commentaire.

Voilà ce que nous disent ensuite les auteur-e-s :

« La leçon politique qu’il y a à tirer de cette situation ne nous semble pas devoir être trouvée dans un parallèle déplacé avec des logiques managériales. (Ainsi l’“externalisation” évoquée n’est-elle que la délégation à la librairie Envie de Lire, à Ivry-sur-Seine, des commandes en ligne du site Agone.org ; et il n’a jamais été question de “réduction de la masse salariale”) ».

Pour ce qui est de l’externalisation, l’analyse de ce qui précède nous fournit un élément contradictoire (nous attendons encore d’être informées d’une formule magique qui permettrait de réduire les tâches logistiques sans les externaliser. S’agirait-il du livre numérique ? Voilà que nous comprenons de mieux en mieux l’expression « mondes du livre »). Et il est aussi maintenant question de « réduction de la masse salariale ». C’est effectivement une autre formule magique permettant de réduire les tâches logistiques, mais comme elle n’est pas très présentable, les auteur-e-s se contentent de nier son existence sans autre forme de procès. Passons et voyons donc la suite :

« S’il faut tirer une leçon de cette crise, c’est la nécessité de réfléchir à l’essoufflement du modèle vocationnel, qui est au centre du projet d’Agone : répondre aux difficultés pour les membres d’un collectif de s’accorder sur un projet autogestionnaire dans la durée, qui plus est face au bouleversement actuel des mondes de l’édition. La question demeure de réussir à articuler les impératifs de la diffusion de biens symboliques avec les réalités matérielles par lesquelles passe inévitablement un projet qui veut tenir ensemble ces ambitions ».

Nous sommes fort aises d’apprendre que les auteur-e-s souhaitent réfléchir à l’« essoufflement du modèle vocationnel ». À lire la liste de leurs noms, il semblerait qu’ils et elles aient déjà trouvé la solution. Quant au « bouleversement actuel des mondes de l’édition », ce n’est certainement rien d’autre qu’un voile recouvrant une volonté de dépassement de ladite fracture numérique. Et pour ce qui est de l’articulation entre la « diffusion de biens symboliques » et les « réalités matérielles », nous avons vu plus haut de quoi il en retournait. Mesdames et Messieurs les auteur-e-s, merci de votre clarté, nous avons compris votre message.

Revenons donc pour finir à une phrase du début du texte que nous n’avions pas encore commentée : « Le collectif d’éditeurs que Raphaël lui-même décrivait comme si plaisant s’est-il subitement transformé en une firme capitaliste ? La personnalité de son directeur éditorial, Thierry Discepolo, bien connu d’une partie du monde militant, s’est-elle soudain métamorphosée ? ». D’après ce que nous venons de lire plus haut, il semble que nous puissions répondre par l’affirmative à ces deux questions. Par le même procédé, voilà que nous disposons également de la réponse à la question que nous pose le titre : Agone, firme capitaliste.

Nous tâcherons de ne pas oublier, en conclusion, ce mot de Georges Orwell (1984) :

« Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes les deux. Employer la logique contre la logique. Répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle. Oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore ».

Julie David


FICHIER PDF À TÉLÉCHARGER


1. www.alternativelibertaire.org/spip.php?article5424.

2. Se référer à l’entrée « Dont, pronom relatif », sur le site du Trésor de la langue française informatisé

3. www.lepoint.fr/le-point-sur-cannes/la-france-est-deve-nue-une-ile, consulté le 29/08/2013.

Advertisements
Cet article a été publié dans Témoignages et analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s